Ponch-lan (1)

Ti-Punch (1)

<<< Ponch-lan

. Dé koleg, an Métro (A) épi an Matinitjé (B), fini travay. I sentjè laprémidi é yo désidé pasé « La maison rose », boulva Général De Gaulle, pou pran an ti ponch. Deux collègues, un Métropolitain (A) et un Martiniquais (B), ont fini de travailler. Il est dix-sept heures et ils ont décidé de passer à « la Maison Rose », sur le boulevard Général De Gaulle, pour prendre un punch.
. Mi pawol yo té ka bokanté pandan yo ka atann yo vini sèvi yo. Matinitjé-a koumansé : Voici les mots qu’ils ont échangés en attendant que l’on vienne les servir. Le martiniquais a commencé :
B Ou za bien adapté dapré sa man ka wè a, ou ka palé kréyol é ou ka pran ti ponch-ou san pies tjak, ou pé konsidéré ou sé an Matinitjé. Tu es déjà bien intégré d’après ce que je vois, tu parles créole et tu prends ton punch sans problème, tu peux te considérer comme un bon Martiniquais.
A Man kontan tann ou di sa. Sa vré, man ka konprann kréyol la, men man pòkò ka palé’y bien. Épi man bien enmen ti ponch-mwen. Alos sa nou ka fè ? Nou ka pran’y ? Cela me fait plaisir d’entendre cela. C’est vrai, je comprends le créole, mais je ne le parle pas encore bien. Et puis j’aime bien mon punch. Alors qu’est-ce qu’on fait ? On le prend ?
B Nou vini pou sa ! Nous sommes venus pour cela !
. Epi i kriyé… Et il appelle… 
B Eskizé mwen, dé ponch souplé ! Garçon, deux punch, s’il vous plaît !

.