Ponch-lan (4)

Ti-Punch (4)

<<< Ponch-lan

B Ni ki lé « zépol karé » a, wonm Neisson, oben « tet maré » a, wonm La Mauny, oben ankò « lopital Sentespri » a, wonm HSE. Mwen, sé wonm Twa-riviè man lé. Épi man lé miziré wotè wonm lan man ka pran an, mwen menm. Il y en a qui veulent les épaules-carrées, rhum Neisson, ou bien la tête-coiffée, rhum La Mauny, ou bien encore l’Hôpital-Saint-Esprit, rhum HSE. Moi c’est le rhum Trois-Rivières que je veux. Et je veux mesurer moi-même la quantité du rhum que je prends.
A Ki manniè sa ka pasé, pou fè an ponch ? Comment cela se passe pour faire un punch ?
B Sé tout an sérémonial. Pou koumansé fok ou asiz, pas ou pa ka fè ponch doubout. C’est tout un cérémonial. Pour commencer il faut s’asseoir, car on ne fait pas un punch debout.
A Men poutji sa ? Mais pourquoi ?
B Pas lè ou doubout ou pa ka wè wotè wonm-lan adan vè-a. Apré ou ka mété sik la, dé-o-twa gout sitwon pou fonn sik-la, ek ou ka ladjé mòso sitwon-an adan vè-a, wonm-lan ka vini an dènié. Brennen tousa épi an ti tjuiyè oben an ti bichet kann, épi ou paré. Parce que quand on est debout on ne voit pas la hauteur du rhum dans le verre. Après on met le sucre, quelques gouttes de jus de citron pour fondre le sucre et on lâche la rondelle de citron dans le verre, le rhum vient en dernier. Remuez tout cela avec une cuillère à café ou avec un bâtonnet de canne à sucre et vous êtes prêt.

.