Ponch-lan (3)

Ti-Punch (3)

<<< Ponch-lan

B Avan sé té kon sa. Yo té ka mennen boutey wonm lan ba’w, sik-la, épi sitwon-an, yo té ka pozé tou sa asou tab-la ek ou té ka fè ponch-ou wou menm. C’était comme cela avant. On vous apportait la bouteille de rhum, le sucre et le citron, on les posait sur la table et vous faisiez votre punch vous-même.
. Fo di, lè ou pa konnet, sa danjéré. Man wè, isi-a menm an matlo anni plen vè’y la épi wonm, bwè tout, pres toufé, épi tonbé – blip – boulé kon an sad. Sé sé konpè’y la ki té blijé trennen’y jik asou bato’y la. Il faut dire que quand on ne connaît pas, c’est dangereux. J’ai vu ici même un matelot remplir son verre de rhum, boire le tout s’étouffant presque et tomber ivre mort. Ce sont ses amis qui ont été obligés de l’emmener jusqu’à son bateau.
A Man ka konprann li. I pa té sav sa pou fè, yo ba’y an boutey wonm, alò i bwè wonm. Je le comprends. Il ne savait pas quoi faire, on lui a donné une bouteille de rhum, alors il a bu du rhum.
B Atjelman yo ka mennen ponch-lan ba’w tou préparé, men ou pa sav ki mak wonm yo ba’w é yo ka mété kantité wonm-lan yo lé a, san konnet fos-ou. Maintenant on vous apporte le punch déjà préparé, vous ne savez pas de quelle marque de rhum il s’agit et ils vous servent la quantité de rhum qu’ils veulent, sans connaître votre résistance.
A Ou pa lé sa ? Vous ne voulez pas de cela ?
B Non, pou an amatè sa pa bon. Chak moun ni an mak wonm i simié. Non, pour un amateur, ce n’est pas bon. Tout le monde a une marque préférée.

.