Ponch-lan (2)

Ti-Punch (2)

<<< Ponch-lan

. Pandan yo ka atann, Métro-a kontinié : Pendant qu’ils attendent, le Métropolitain a continué :
A Man tann boug-la ki bò nou la a mandé an « kanna », men sé an ponch man wè yo pòté ba’y. J’ai entendu notre voisin demander un « canard », mais j’ai vu qu’on lui a apporté un punch.
B Kanna sé yonn anpami tout sé non-an nou ka ba ponch-lan. Yo ka kriyé’y osi an « ti-fé », an « pété-pié », an « lavé-goj », oben toubannman an « CRS » kivédi « Citron-Rhum-Sucre ». « Canard » c’est l’un parmi les nombreux noms qui désignent le punch. On l’appelle aussi un feu, un casser-pied, un lavage-de-gorge, ou tout simplement un CRS qui veut dire Citron-Rhum-Sirop.
. Non’y ka dépann tou, di akilè ou ka pran’y. Pa egzanp, si sé bonnè bonmaten, ou ka mandé an « dékolaj » épi an ti fey labsent adan ki ka ba wonm-lan an ti koulè ver. Son nom dépend aussi de l’heure à laquelle on le prend. Par exemple si c’est tôt le matin, on réclame un décollage avec une petite feuille d’absinthe dedans qui donne au rhum une couleur verte.
A Es man ni dot bagay pou man konnet asou ponch-lan ? Di mwen. Ai-je d’autres choses à connaître sur le punch ? Dites-moi.
B Ponch-lan sé pa an whisky, fok ou préparé’y. Atjelman yo ka mennen’y tou fet ba’w, men mwen, man simié fè ponch-mwen, mwen menm. Le punch n’est pas un whisky, il faut le préparer. Maintenant on vous l’apporte déjà tout fait, mais moi je préfère faire mon punch moi-même.
A Ou simié sa ? Poutji ? Vous préférez cela ? Pourquoi ?

.